Aperçus, Jeux video, News

Child of Light

child-of-light

Certains jeux sortent du moule et se font une petite place sur les étagères. C’est le cas de Child of Light imaginé par Ubisoft, à déguster en toute simplicité. Attention je ne critique pas les blockbusters, je déguste avec toujours autant de plaisir et d’avidité un Uncharted, Final Fantasy ou God of War. Cependant certains jeux sont tout simplement différents, ils n’ont pas été développé avec pour premier objectif de plaire au plus grand nombre. Les créateurs ont (généralement) des objectifs plus personnels, raconter une histoire, retranscrire un univers, un sentiment qui nous transporte loin, très loin. A l’instar de Journey ou Ico, ce sont des jeux parfois appelés poétiques. Et moi, j’aime les jeux poétiques. Alors, en plus, si c’est un RPG de type japonais au gameplay tour par tour à l’ancienne (mais pas que !) il ne m’en fallait pas plus pour que je me jette sauvagement sur la version collector à 20€. Autant dire presque donnée.

Child of Light a été imaginé par une partie de l’équipe d’Ubisoft Montréal, ni plus ni moins que le studio à l’origine d’Assassin’s Creed. Changement total pour ce titre donc, les personnages dotés d’une classe hors norme que l’on connait bien sont troqués contre une jeune princesse du nom d’Aurora portant couronne et robe légère accompagnée d’une petite luciole bleue. Mais, on notera toutefois que notre charmante héroïne se voit vite équipée d’une épée aussi grosse qu’elle, et ça c’est cool.

Ainsi armée elle va parcourir le monde de Lémuria ou la lune, les étoiles et le soleil ont été volés, révélant un univers plein de ruines, d’esprits et de créatures sauvages à combattre.

Child of Light, combats et système
Interface de combat de Child of Light, au tour par tour

Niveau gameplay la progression se fait en scroll horizontal à l’image de Rayman (Child of Light reprends d’ailleurs le modèle graphique de Rayman Origin), donnant l’impression de progresser dans une aquarelle infinie pour notre plus grand plaisir. Les combats au tour par tour se déclenchent au contact avec un ennemi (qu’il est possible d’attaquer par surprise). Ceux-ci sont assez bien pensés, le système n’est pas statique comme un FFX ou chacun attend patiemment son tour pour envoyer sa mandale.

Plusieurs éléments peuvent modifier l’ordre d’enchaînement notamment la durée d’exécution des ordres qui changent suivant la puissance et le type des actions (attaque, magie, défense …) mais également la luciole qui pourra vous aider et ralentir les ennemis si besoin. Du coup les combats prennent un petit coté stratégique, le choix des actions de vos différents personnages s’avère un point capital si l’on veut interrompre les puissantes attaques des boss ou éviter soit même d’être interrompu dans l’exécution de notre sort.

Enfin dernier point, RPG oblige on retrouve un système de level up par niveau avec des points à attribuer dans un spherier de compétences. Classique certes mais toujours aussi efficace.

Child of Light est une magnifique parenthèse, très bien réalisée et passionnante. Pas besoin d’être un inconditionnel partisan de RPG pour l’apprécier à sa juste valeur. A ce prix là, moi, je ne me prive pas !

Date de sortie : 29 avril 2014
Développeur : Ubisoft Montréal
Style : RPG 2D
Durée de vie : courte

Child of Light logo

0 Comments
Share

Shirokitsune

Reply your comment:

Your email address will not be published. Required fields are marked *